Occhiatana dans la presse

Occhiatana dans Corse Matin du 2 Août 2012

Dans le cadre de sa tournée estivale des 51 villages Corse, le quotidien « Corse-Matin » a fait une halte ce mercredi 01 aout 2012 dans notre cher Occhiatana.

Ainsi plus de 3 pages auront été consacré à présenter les atouts et l’histoire du village.

Occhiatana au journal télévisé Telepaese du 22 aout 2013

telepaese

Du nouveau pour notre église (septembre 2018)

La nouvelle cloche (a cicona, la plus grosse et la plus grave des trois) qui remplace l’ancienne fêlée et dangereuse

 

La chasse

La Corse, terre de prédilection pour la chasse

La chasse ce n’est pas comme croit l’imaginer le profane…
Au diable les clichés sur les viandards avinés !
La battue au sanglier, c’est une aventure grandeur nature avec ses règles, ses stratégies et ses soldats. C’est communier avec son environnement, connaitre les chemins, les collines et les habitudes des bêtes.

Tout commence au « garage », lieu de rassemblement des hommes de l’équipe A, celle d’Ochjatana évidemment.

Les alentours

A la découverte de la vallée du Reginu

Les alentours d’Occhiatana, entre mer et montagne proposent des paysages splendides.

De la côte, où les plages de sable fin alternent avec les rochers jusqu’aux sommets dont certains dépassant 1300 mètres d’où l’on domine la plaine, les plaisirs visuels sont nombreux.

La vallée du Reginu possède ainsi de formidables atouts pour les amoureux d’une nature préservée et mise en valeur depuis de nombreuses générations.

Janvier 2007

Quelques clichés de la région en hiver.

Aout 2006

le village en été.

Avant 2006

Au fil du temps, un peu d’aspartame d’immortalité…

Pagine di Faustin

O Faustin… Riposa in pace…

En ce temps là !

Le « service des Pompes funèbres » était assuré par des bénévoles (dont j’étais) sous l’autorité du menuisier fabricant du cercueil.

Un jour, avec l’oncle Dumé et mes cousins Louis et René, nous sommes chargés de la mise en bière d’un vieil homme du village. Nous soulevons le défunt du lit mortuaire (deux à la tête et deux aux pieds) l’oncle, un peu tremblant, trébuche, lâche prise et le trépassé tombe lourdement sur le sol en exhalant comme un dernier souffle.

Alors un de mes cousins très sérieusement lui dit :
« maintenant ça y est- tu as fini de le tuer «

Incongru mais irrépressible fut notre rire !!!

En ce temps là !

Le tourisme automobile, en plein essor, doit se sentir un peu gêné par la présence, sur les routes, de gentils ânes, très nombreux à cette époque, snobant sans vergogne ces drôles de bêtes à quatre roues !!

Un arrêté préfectoral demande à la gendarmerie, de dresser P.V. aux propriétaires de ces équidés divaguant -à condition, bien entendu, d’en identifier la  » filiation  » !

Ce jour là sur la place du village où je me trouvais en nombreuse compagnie, arrive  »plan plan » l’âne de mon père. Arrivent également, trois pandores qui nous saluent en nous demandant à qui appartient cet animal. Les uns et les autres se regardant d’un air interrogateur répondent l’ignorer et ajoutent cet argument imparable :

« Vous savez, au village, nous connaissons tous les ânes, mais celui-là est sûrement un âne étranger ! »

Un gendarme, non dépourvu d’humour, accepte cette explication :
« Vous avez sans doute raison, c’est probablement un âne turc.. ..débarqué hier à L’Ile Rousse »

En ce temps là !

Le dimanche 29 avril 1945 les femmes étaient appelées, pour la première fois, à voter. Le matin du vote, je dis à ma grand-mère, Dominique-Marie, : « Après la messe, je te conduirais au bureau de vote »

« Il n’en est pas question, me répondit-elle, les femmes ne votent pas ce n’est pas aujourd’hui que je vais le faire »

Enfin, à force d’arguments plus ou moins pertinents, elle me suit au bureau de vote où je lui donne un bulletin et elle  »accomplit son devoir ».

Un des dimanches suivants le curé du village -qui était également son cousin- l’aborde et lui dit d’un air très réprobateur :

« Tu sais, Dominique-Marie, que tu as voté pour les communistes qui sont les suppôts du démon, alors il faudra que tu viennes te confesser »

Se sentant coupable d’un immense péché et m’en rendant responsable (ce qui n’était pas totalement faux !!) je lui répondit :
« Mammo, tu n’as pas de soucis à te faire, le diable est une invention des curés »

Elle en fut un peu apaisée mais pas vraiment convaincue .

Occhiatana de nos jours

Mélange de tradition et de modernité, le village sait résister à l’érosion de sa population. Au milieu des « anciens » et jeunes retraités de nombreux actifs entretiennent la vie au sein de la petite communauté. Si le grand hiver de dix mois est leur chasse gardée, ils sont rejoint par la diaspora éparpillée aux quatre coins de l’hexagone pour les joies estivantes. De la procession de San Bartulumeu aux parties de cartes sur la place, en passant par quelques hivers rigoureux, les souvenirs sont nombreux. Et puis le village, c’est plein d’autres choses, la famille, les amis, la fête…

Présentation

Ochjatana est un village de Balagne dominant la plaine du Reginu sur les pentes du Pinzu Sordu.

Comme aimait à le dire le défunt Gainsbourg, « qui promène son chien est au bout de la laisse ».
Cette maxime est pleine d’à propos lorsque l’on parle de « son » village. Nous sommes les branches et les feuilles d’un arbre et le village en est les racines.

Le village, c’est de l’aspartame d’immortalité.