Photos de Corse

La Corse aux mille visages. De ses montagnes magnifiques aux côtes accueillantes, la Corse est un coin de Paradis. Voici quelques photos prises au hasard des promenades.

La Corse

Pour commencer,il convient de partir découvrir les calanches de Piana.

Et pour s’y rendre en partant du Nord, le mieux est de passer par le col de Vergio. On emprunte alors la route de la « Scala di Santa Regina » où le paysage oppressant en surprendra plus d’un.

Par la suite la routeamène jusqu’au « bocca di vergiu » plus haut col routier de l’île aux décors splendides et saisissants. C’est l’occasion de croiser des randonneurs du mythique GR20, harnachés souvent d’une drôle de façon, avec leur sac à dos d’où déborde un attirail de campeur et de chaussettes odorantes… Ils viennent de franchir le cirque de la solitude, étape bien éprouvante.

Et que dire des deux forêts de Pins Laricio, dont celle d’Aïtone, que l’on traverse au milieu de cochons sauvages(ou de sangliers domestiques comme vous préférez cf. « Astérix en Corse » )

Là encore il vous semblera apercevoir la silhouette de quelque bandit d’honneur caché dans ces profondes pinèdes. c’est aussi l’occasion d’aller se rafraîchir dans les bassins du torrent, nombreux tout au long de la descente.

Enfin la route domine l’arrière-pays de Porto. Arrivé dans cette petite marine, quelle sensation d’isolement !
Si la route qui traverse ce site est formidable, il n’est pas inutile de parcourir à pied les différents chemins afin de profiter au mieux des magnifiques calanches de Piana.

Déjà la route qui les traverse saura vous surprendre avec ce contraste de couleur mêlant le rouge ocre des montagnes et le bleu profond de la mer. Mais si vous acceptez de parcourir le sentier de « Mare e Monti » serpentant dans ce paysage, vous saurez réellement profiter de ce joyau. Des images plein la tête, on se doit de descendre vers Ajaccio, en passant par Cargèse la Grec, où vous oublierez les constructions récentes pour ne plus voir que cette acropole de granit qui se cramponne au rocher.

Ajaccio, la ville impériale saura vous dévoiler son passé chargé d’histoire. (à ce sujet, plongez dans une « tranche de vie » de ce siècle avec « une passion Corse » de Annick PEIGNE-GIULY).

Si la flamme de l’archéologie vous habite vous irez visitez dans les sites préhistoriques avoisinant dont celui remarquable de Filitosa . Sartène sera votre destination suivante.

Enfin Bonifacio, la ville la plus au sud de l’île. Comme Calvi, sa citadelle est réputée pour être imprenable. Lors de la longue, et douloureuse pour nos ancêtres, occupation Génoise, elle fut un site impénétrable pour les insurgés Corse.

L’histoire retiendra entre autres que la citadelle fut assiégée par la terre et par la mer par les Navires du roi Aragon, allié du moment des révolutionnaires Corse.

Les génois acculés ne trouvèrent leur salut qu’avec un escalier taillé dans la falaise, construit selon la légende en une nuit afin d’être ravitaillé par les navires provenant de la « Superbe », la république Génoise. Il est donc appelé à tort « escalier du roi Aragon ». En fait elle ne capitulera qu’en 1553, se rendant alors à Dragut, un ancien corsaire Turc commandité par Paul de Thermes, devant la force de l’armée. (cf. « histoire secrète de la Corse » de Jean-Victor ANGELINI)

Bonifacio est un site remarquable avec un environnement naturel respecté. C’est une cité décidemment insolite. Et un des moyens les plus adaptés à la découverte de ces trésors est d’emprunté une des nombreuses embarcations mises à la disposition des touristes.

On admirera les falaises abruptes surplombées par la ville et les nombreux tableaux, fruit du travail de l’érosion de la mer. Tout d’abord, et puisque la corse a un cap à tenir, il lui faut un gouvernail. Puis le grain de sable et le « chapeau de Napoléon ». Enfin une grotte où le bateau rentre en marche arrière, inquiétant lorsque la mer est agitée, pour découvrir une ouverture au plafond stylisant la Corse. Oui Bonifacio possède de nombreux charmes dont de nombreuses criques à l’eau turquoise. Ouf ! En remontant par Porto-Vecchio, très touristique, avec les plages féeriques de Pallombaggia, Rondinaria, Santa Giula , un petit détour par les aiguilles de Bavella , histoire de se dégourdir les jambes dans un environnement titanesque.

Puis, la Corse du Nord vers la « capitale » historique, Corte. Base de départ vers de nombreuses destinations, la Castagniccia, la Restonica et tant d’autres. Le tour du cap Corse, l’île dans l’île, est à découvrir aussi bien évidemment !

La Balagne, jardin de la Corse est aussi une région à part dans l’île.

Réputée pour la beauté de ses plages et la limpidité de ses eaux, c’est aussi une région riche d’histoire et d’un patrimoine culturel impressionnant.

Sur la côte, L’Ile-Rousse, petite ville pittoresque et historique. Historique car fondée par Pasquale Paoli, patriote Corse qui pour s’opposer à la présence Génoise fonda ce port. (cf. « pascal Paoli, père de la patrie Corse » de GRAZIANI).

Dominant les côtes escarpées, de l’Ostriconi à Galeria, les villages et hameaux s’offrent à vous dans toute leur simplicité.

Ce circuit permet de découvrir en quelques jours les quelques perles de l’Île de Beauté. Mais bien d’autres régions, moins touristiques, à l’ombre de ces destinations inévitables offrent bien d’autres plaisirs. Et puis, la Corse ne se réduit pas à un dépliant touristique, même aussi généreux. Le véritable trésor se trouve dans son peuple. Celui-ci est sûrement le plus difficile à dénicher. En tout cas il ne se trouve pas dans les boutiques souvenirs.